Tchernobyl

Tchernobyl

Chronologie de l’explosion du Réacteur #4, 26 avril 1986

1983

Mise en service du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl qui contient 190 tonnes d’oxyde d’uranium enrichi.

Le 25 avril 1986

Entre 14h et 23h, pour préparer un exercice de sécurité, le réacteur est descendu à mi-puissance.

Vers 23h, la puissance est diminuée de nouveau.

Le 26 avril 1986

0h28 : Une première erreur conduit à baisser la puissance à 3 mégawatts thermiques (MWth) au lieu des 1 000 MWth prévus. Or, à basse puissance, une faiblesse de conception rend le réacteur difficilement contrôlable.

1h15 : Pour continuer leur exercice de sécurité, les dispositifs d’arrêt d’urgence sont déconnectés.

1h19 : Deuxième erreur. Pour faire remonter la puissance du réacteur. Les opérateurs remontent une partie des barres de contrôle en graphite, qui servent à moduler l’activité du réacteur. Celui-ci devient très instable.

1h23min 04 s : La fermeture des vannes d’alimentation de la turbine, prévue par l’exercice, coupe l’électricité alimentant les pompes de refroidissement.

1h23 min 10s : Troisième erreur, pour compenser la baisse de puissance, les employés remontent les dernières barres de contrôle.

1h23 min 21 s : Le réacteur s’emballe.

1h23 min 44 s : Le pic de puissance est atteint, Dans le cœur, l’oxyde d’uranium explose. La déflagration soulève la dalle supérieure du réacteur qui se retrouve à l’air libre. Le graphite prend feu.

1h28 : Un premier groupe de pompiers arrive sur les lieux.

De 2h10 à 4h : Avec l’arrivée de 250 pompiers, les incendies les plus importants sont maîtrisés.

5h : Un incendie se déclare dans le réacteur. Des poussières et des gaz sont entraînés par les masses d’air jusqu’à 10 000m d’altitude et retomberont pendant des jours sur la région et sur l’Europe au gré des averses et des vents.

Du 26 avril au 5 mai 1986 :

Les hélicoptères se succèdent au-dessus du réacteur. Il faudra 1800 vols pour déverser plus de 5 000 t de matériaux divers et éteindre l’incendie. Au total, ce sont près de 12 milliards de milliards de becquerels qui sont partis dans l’environnement, soit, selon ’IRSN, 30 000fois l’ensemble des rejets des installations nucléaires dans le monde en un an. Le panache radioactif a disséminé des radionucléides , dont l’iode 131 et le césium 137.

Le 28 avril 1986

À 9h30 : Les détecteurs de la centrale de Forsmark, en Suède, enregistrent une hausse considérable de la radioactivité. Très inquiète, la direction envidage d’abord d’arrêter le réacteur de la centrale, avant que la source du problème ne soit localisée en Ukraine, près de Tchernobyl. Au Danemark et en Finlande, la radioactivité est de 6 à 10 fois supérieure à la normale.

À 21 heures : L’agence de presse soviétique, Tass, publie enfin une dépêche annonçant l’explosion.

Extrait de Science et Vie, Avril 2006.